Autobiographie d’un poulpe de Vinciane Despret | Compte-rendu

Tout récemment écrit par Vinciane Despret en 2021, Autobiographie d’un poulpe et autres récits d’anticipation ne se cache pas d’être un ouvrage de fiction et, pourtant, il instaure le trouble. En effet, chacun des trois chapitres consacrés respectivement aux araignées, aux wombats et aux poulpes se présente comme le récit d’expériences ou de travaux scientifiques autour des nouvelles disciplines que sont la thérolinguistique et la théroarchitecture : la linguistique et l’architecture des animaux. L’autrice nous invite à découvrir ces nouveaux champs de la recherche par le biais d’échanges de lettres et de mails ou de discours commentés qui mettent en lumière la possibilité pour les humains d’établir une communication avec les animaux.

LOUIS BEC, Vampyropelide Kampte (1988), dessin exposé au CCCB (Barcelone). Photo : Jeanne Mousnier-Lompré

Le premier chapitre porte sur le cas d’arachnologues qui, étudiant les araignées à l’aide d’un diapason et souffrant ce qu’ils pensent être des acouphènes, finissent par se rendre compte qu’il s’agit en réalité du parasitisme sonore produit par les araignées elles-mêmes : à force de les fréquenter, iels seraient devenu·e·s sensibles aux ondes produites par ces dernières et aux messages qu’elles portent. Le deuxième traite de la cosmologie fécale des wombats, animaux qui ont la particularité de produire des fèces cubiques et de les utiliser pour ériger des murs auxquels la théroarchitecture permettrait de donner un sens. Et le dernier, qui donne son nom à l’ouvrage, raconte l’immersion d’une thérolinguiste dans une communauté dont les habitant·e·s et surtout les enfants vivent en symbiose avec les poulpes, développant ainsi un langage, des manières d’être (dans leur corps, dans leur environnement) et de ressentir plus proches de celles des poulpes que des humains. Cette immersion vise à décoder des messages écrits par un poulpe et à en comprendre le sens.

En suivant l’évolution des protagonistes à la fois sur le plan scientifique et personnel au fil des pages, ce livre surprenant par son style et sa forme questionne et déstabilise son lectorat tout en lui proposant une réflexion très juste sur l’avenir de nos relations avec les animaux.

Avis personnel :

Impossible de finir ce compte-rendu sans un ajout personnel tant cet ouvrage m’a touchée. Sa lecture m’a bouleversée, elle m’a littéralement mise sens dessus dessous à tel point que j’en ai parlé à des proches comme d’un ouvrage scientifique, oubliant totalement sa dimension fictionnelle. Le ton et le mode d’écriture sont si déstabilisants qu’on oscille toujours entre rejet, lié à tout ce qui nous a été inculqué sur les animaux, et adhésion totale. Il a provoqué chez moi une sensation difficile à expliquer qui m’a fait penser que tout ce que dit Autobiographie d’un poulpe est étonnant, déstabilisant, que cela implique de repenser tout notre rapport au monde, mais que “c’est vrai”. Alors même que c’est de la fiction. J’ai trouvé que, dans l’ensemble de l’ouvrage, et en particulier dans le troisième chapitre consacré aux poulpes, le détour par la fiction ne faisait qu’énoncer des vérités, des nécessités d’une reconnexion au vivant et à la nature indispensable pour pouvoir vivre ensemble, se comprendre et échanger.

Clara Lyonnais-Voutaz

Membre du laboratoire RAT et doctorante en géographie à l'Université Jean Moulin Lyon 3.

More Posts


Clara Lyonnais-Voutaz

Membre du laboratoire RAT et doctorante en géographie à l'Université Jean Moulin Lyon 3.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search