Entretien avec deux biologistes ayant pratiqué des expérimentations animales

En guise d’introduction à la conférence d’Odile Petit à l’ENS de Lyon le jeudi 2 décembre, Jeanne Mousnier-Lompré et Joséphine Guichard ont réalisé un entretien semi-directif avec deux biologistes espagnoles ayant pratiqué des expérimentations sur des animaux durant leurs études de biologie. Vous pouvez retrouver ici des extraits de cet entretien mené en juillet 2021, ainsi que les liens vers les retranscriptions intégrales en espagnol et en français.

Lab animal care.jpg, USDA, Wikimedia commons

Maria et Silvia (les prénoms ont été changés pour garantir leur anonymat) sont docteures en bio-médecine. Durant leurs études de bio-technologie et de bio-médecine, puis pendant leur thèse, elles ont chacune mené des expériences médicales sur des animaux non-humains, en particulier des souris. Maria revient ainsi sur le protocole qu’elle a suivi pour son étude : 

Maria : Mon objectif était d’étudier les muscles des souris qui avaient un cancer. Mes animaux avaient déjà plus de six semaines, ils étaient déjà plus vieux, adolescents ou jeunes adultes. Moi, mon travail, c’était d’administrer des cellules tumorales à la souris. Dans mon cas, il s’agissait de cellules pulmonaires, car c’était ce qui nous intéressait à l’époque. Et la souris, durant les quinze premiers jours, développait le cancer. Et une fois le cancer développé, nous commencions à regarder si la souris perdait ou non du poids, dans notre cas, de la masse musculaire. Au bout de trente jours, nous savions que notre souris arrivait à un point où la tumeur finissait par créer des métastases. À ce moment-là, la souris pouvait mourir. Avant qu’elle ne meure, on procédait à l’euthanasie. On collectait alors les muscles, car c’était ce sur quoi on travaillait, non pas la tumeur en elle-même. (…) Dans mon cas, je devais sortir les muscles lorsqu’ils étaient encore vivants pour que les muscles soient encore oxygénés et qu’il y ait tous les organes. Pour moi, la souris était endormie, elle était complètement sous sédatif et d’abord on lui retirait tous les muscles et comme le dernier muscle qui m’intéressait était le diaphragme, la souris finissait par mourir.

Pour pouvoir faire des expériences sur des animaux, elles ont dû passer une certification qui autorise le ou la scientifique à mener ses expériences sur différentes catégories d’animaux. Elles reviennent sur le contenu et l’intérêt de cette formation :

Silvia : On voit un peu toutes les différentes manières de procéder à l’administration des médicaments ou pour faire des prises de sang sur les différents animaux, et ensuite l’euthanasie. On nous apprend comment sacrifier un animal de la manière la plus correcte possible pour que les animaux ne souffrent pas.

Maria : Moi, ce qui m’a plu surtout, c’est qu’on nous enseigne à faire les bons gestes pour que l’animal ne souffre pas, parce que quand on ne sait pas, on finit toujours par apprendre en pratiquant. Bien sûr ce n’est pas facile de travailler avec les animaux, mais plus tu pratiques, mieux tu fais les choses. Donc c’est bien qu’on nous enseigne les différentes options, selon moi, comme faire des prises de sang à l’animal selon l’expérience que tu dois faire.

Maria et Silvia décrivent les conditions de vie des souris utilisées pour les expériences scientifiques. Selon les expériences, les souris sont plus ou moins nombreuses par cages (jusqu’à cinq) et sont inspectées par des soigneur·eu·ses et des vétérinaires spécialisées. Concernant l’état de santé des animaux de laboratoire : “Le vétérinaire a toujours le dernier mot“. Il a pour rôle de déterminer s’il faut sacrifier ou non l’animal avant la fin de l’expérience, s’il estime après osculation que l’animal souffre trop.

Les expérimentateur·ices doivent se plier à la décision du vétérinaire, mais sont également tenu·e·s de surveiller au quotidien que les souris vont bien, qu’elles sont en bonne santé et qu’elles ne se battent pas. Maria revient sur ce travail de soin, moins valorisé que l’expérimentation elle-même : 

Silvia : Mais bon, ce sont des choses qui relèvent un peu du bon sens. On n’a pas besoin de pratiquer autant que lorsqu’on va réellement faire les différentes interventions.

Maria et Silvia soulignent que lorsqu’il faut travailler avec les animaux tous les jours, les peser, les examiner, les observer, jusqu’au jour où il faut les sacrifier, une relation entre scientifique et cobaye se développe. Il devient alors difficile de sacrifier un animal, mais les chercheuses apprennent à “normaliser” la mise à mort de l’animal lors de l’expérimentation.

Silvia: Évidemment, ce n’est pas agréable et moi, en plus, je travaillais avec de tout petits souriceaux. Depuis tout petits, je les observais et je les traitais alors… Du coup, tu apprends un peu à normaliser l’acte, essayer de ne pas être aussi sensible, dans le sens où sinon tu ne peux pas le faire. Je pense que finalement, tout au long de l’expérience que tu vas pratiquer, il y a un lien, oui, un lien. Par exemple, moi, à chaque fois que je les voyais, surtout si petits, si mignons, je les caressais. Mais en fin de compte, tu normalises. (…) Vraiment, le jour où tu dois les sacrifier, ça te coûte un peu plus. Mais bon, comme depuis le début tu sais quel est l’objectif de toute expérience et comment elle doit finir, finalement, tu as déjà opéré le processus mental depuis le début. Mais oui, ce n’est pas agréable, pas agréable.

Maria : Au début, tu te sens mal. En réalité, ça ne se passe jamais bien. Moi, j’avais pris une souris. Tu ne sais jamais comment t’en occuper. Tu ne sais jamais si tu lui fais mal. Tu ne sais jamais à l’avance comment elle va réagir quand tu la prends tout bêtement par la queue. 

Selon les deux docteures, il s’agit de trouver un équilibre entre le fait que l’animal ne souffre pas et l’importance de ne pas compromettre l’expérience en cours. Pour les deux chercheuses, l’expérimentation animale est un passage obligé pour trouver des traitements à destination des humains.

Silvia : Mais vraiment quand tu fais des expériences, non, non, tu ne peux pas faire autrement, parce que finalement travailler avec des souris dans ce cas, c’est se rapprocher le plus du travail et du transfert sur les humains.

Mais alors comment passe-t-on de la souris à l’humain ? Durant leur doctorat, Silvia travaillait sur les pathologies mitochondriales et Maria sur l’évolution des muscles lorsque l’on est atteint du cancer du poumon. Comment les traitements expérimentés sur les souris finissent-ils par arriver jusqu’aux patients ?

Tout d’abord, les projets d’expérimentation doivent être agréés par deux comités éthiques : celui de l’établissement de recherche et celui de la Généralité de la région autonome dans le cas de l’Espagne.

Silvia : Tu ne peux pas travailler avec les animaux et faire ce que tu veux. Tu dois rédiger ton projet pour dire ce que tu vas faire exactement. Et le comité te dit « d’accord, ça tu peux le faire » ou « non, ça tu ne peux pas, c’est comme ça ».

Le protocole d’expérimentation décrit dans le projet doit être suivi à la lettre par les scientifiques : des inspections peuvent avoir lieu, et soignant·e·s et vétérinaires peuvent dénoncer tout changement dans l’expérience si celle-ci se révèle néfaste pour l’animal. 

Maria : Si tu te dis « ah, je vais demander ce projet et ensuite je vais faire ce que je veux » : non, parce que le soignant sait ce que tu es en train de faire et donc s’il voit quelque chose de différent, un protocole différent pour l’animal que ce que qui décrit à l’origine, il peut vous faire sanctionner et faire cesser la recherche. Je pense que c’est assez réglementé dans tous les sens du terme et que tout le monde est conscient du fait que tu agisses différemment de ce qu’il y a écrit à l’origine dans le protocole ou le projet.

Ensuite, lorsque commence l’expérience, de nombreuses étapes sont franchies avant que le médicament ne parvienne jusqu’au patient humain. Les tests sont d’abord effectués au niveau cellulaire in vitro, puis in vivo sur les animaux, d’abord sur la souris ou le rat, à la fois “assez proche de l’homme, petit et facile à manier“, et, selon l’expérience, le médicament pourra être administré à des mammifères plus gros. Une fois les traitements testés sur les animaux, les essais cliniques sur les humains peuvent commencer. De même, plusieurs phases sont nécessaires avant que le médicament soit approuvé et mis en vente. Les étapes de l’essai du médicament sur les humains dépend du type de médicament : les oncologiques ne sont ainsi testés que sur des humains malades du cancer. 

Concernant les animaux de l’expérimentation, ils ne sont pas toujours sacrifiés à la fin de l’expérience. 

Silvia : En général, on les sacrifie. Mais si tu peux utiliser les animaux pour d’autres choses, comme croiser les mâles avec des femelles, par exemple. Normalement tu peux les utiliser de nouveau. Ce sont des animaux sur lesquels tu peux travailler si tu as besoin d’une autre expérience et qu’il t’en « reste », entre-guillemets, tu peux en profiter. Mais en général, on achète les souris pour faire des expériences concrètes.

Silvia raconte que son frère, étudiant en médecine, a refusé de s’entraîner sur un cochon d’Inde lors d’un cours, considérant qu’une vidéo aurait été suffisante pour la pratique que les élèves avaient à mener.

Silvia :  Avec une vidéo, cela peut suffire et il n’y a aucune raison de sacrifier un animal pour sacrifier un animal. Mais bon, évidemment, on essaie de réduire ou on essaie de contrôler. On essaie de réduire l’utilisation des animaux.

Pour les deux biologistes, il est important de “réduire” le nombre d’animaux sacrifiés, conformément à l’objectif des 3R en matière d’expérimentations animales : “remplacer“, quand cela est possible, par une expérience sans animaux, “réduire” le nombre d’animaux au strict minimum, “raffiner” les méthodes pour qu’elles provoquent le moins de souffrance possible. Elles estiment ainsi  les lois qui règlementent l’expérimentation scientifique sur les animaux sont suffisamment sévères. 

Maria : Je pense que les lois sont correctes et qu’elles sont assez sévères car il n’est pas facile de faire approuver une procédure sur animaux. Et aussi les procédures concernant les animaux sont assez complètes dans le sens où l’on doit très bien définir ce que l’on veut faire, justifier le projet et son financement.

En revenant sur le scandale du laboratoire madrilène Vivotecnia appelé “el laboratorio de los horrores” par le journal espagnol El País et dont les activités ont été suspendues en avril 2021 suite à la diffusion des images tournées dans les locaux, Maria et Silvia condamnent la maltraitance animale, mais expliquent que l’expérimentation sur les animaux reste nécessaire.

Silvia : Je pense finalement que les personnes qui travaillent avec les animaux sont conscientes de la raison pour laquelle nous travaillons avec eux. Et nous essayons de faire les choses du mieux que nous savons et du mieux que nous pouvons pour qu’ils ne souffrent pas.

Maria : Il y a aussi des gens qui travaillent avec des animaux et qui les traitent mal. Mais ça ne veut pas dire que tous les gens qui travaillent avec les animaux les traitent mal.

Elles estiment néanmoins que des restrictions restent encore à appliquer, notamment dans le monde de l’entreprise pharmaceutique étant donné le nombre d’études cliniques réalisées sur les animaux sans obtenir l’autorisation de vendre les produits sur le marché.

Silvia : L’industrie pharmaceutique achète beaucoup d’idées pré-cliniques, mais commencent à faire la phase 1, la phase 2, la phase 3 et bien souvent les traitements ne fonctionnent pas comme ils ont fonctionné chez la souris, par exemple. Donc ça ne marche pas et il n’y a que l’entreprise pharmaceutique qui peut se permettre de faire cet investissement. Les petites entreprises ne peuvent pas.

Pour Maria et Silvia, la réduction numéraire d’animaux sacrifiés leur semble aujourd’hui la première option à envisager, sans d’ailleurs se limiter aux domaines scientifiques et pharmaceutiques, mais en interrogeant également le sacrifice d’animaux pour la consommation alimentaire des humains.

Les propos de Silvia et Maria soulèvent de nombreuses questions relatives à la règlementation concernant les souffrances infligées par les humains aux animaux non humains. Concernant le domaine de la recherche scientifique, la récente loi contre la maltraitance animale ne mentionne pas les animaux de laboratoire. Les vidéos tournées à l’intérieur des laboratoires par des lanceur·euses d’alerte ont pour le moment conduit à des réformes nécessaires, sans remettre en cause pour autant le principe même de l’expérimentation animale.

Est-il alors possible, et est-il suffisant, comme le propose Odile Petit, d’aller vers “l’amélioration de la formation, l’évaluation du bien-être des animaux de laboratoire et la possibilité d’un devenir post-expérimental” ?

Transcription entretien – Version en espagnol

Traduction entretien – Version française

Joséphine Guichard

Membre du laboratoire RAT. Etudiante en Master de sociologie à l'ENS de Lyon

More Posts


Joséphine Guichard

Membre du laboratoire RAT. Etudiante en Master de sociologie à l'ENS de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search