Territoires et politiques des animalités : géographies animales critiques entre domination et résistance | Appel à communications | 18-22 juillet 2022

Dans le cadre du congrès de géographie international qui se tiendra à Paris du 18 au 22 juillet, une session consacrée aux “Territoires et politiques des animalités” dans une approche de géographie critique est organisée par Julie Coumau et Claire Camblain.

Voici l’appel à communication :

Territoires et politiques des animalités : géographies animales critiques entre domination et résistance

Les propositions de communications se soumettent en ligne jusqu’au 11 janvier 2022 : https://www.ugiparis2022.org/fr/soumission-de-resumes/29
Notifications des résumés : 21 janvier 2022. 

Description du thème de la session

Les géographies animales font partie des recherches en sciences sociales qui interrogent les rapports entre les humain·es et les autres animaux. Souvent qualifiées comme étant l’étude des rapports « Humains/Animaux », ces productions scientifiques font l’objet de clivages depuis l’émergence de théories-pratiques critiques à la fois du spécisme de ces désignations scientifiques, et d’un détachement des chercheur·ses des luttes sociales. Dans un objectif de « libération totale », les Critical Animal Studies intègrent l’exploitation des animaux aux autres formes de domination en démontrant leurs consubstantialités et leurs interdépendances.

Dans ce contexte, les géographies animales critiques – ou antispécistes –  s’attachent à comprendre la dimension spatiale de cette domination. Interroger, dénoncer et lutter contre le spécisme conduit à de multiples réflexions selon la perspective féministe du global à l’intime. En lien avec la manière dont les logiques spatiales sont utilisées comme dispositif de pouvoir, ces géographies de la domination s’accompagnent de géographies de la résistance et de la libération. Les multiples formes de résistance des animaux mettent en lumière les technologies qui visent à les contrôler. Les agentivités animales sont également au cœur des sanctuaires d’animaux d’élevage où les survivant·es sont à la fois vulnérables et puissant·es. Ces ethnographies multiespèces soulèvent de nombreux enjeux éthiques, notamment la question d’une production interespèce de connaissances entre les animaux et leurs complices humain·es à travers la notion de care radical.

Sujets et questions de recherche

Cette session vise à enrichir les réflexions mais aussi les gestes portés dans les géographies antispécistes. Les pistes suivantes sont proposées :

1/Comment le débat sur l’oppression spéciste se manifeste-il dans la recherche et que faire de ces fractures épistémopolitiques ? Comment les discours sur le « bien-être animal », la « nature », ou le « travail animal » peuvent-ils être compris comme des éléments structurants de l’idéologie spéciste ?

2/ Comme le spécisme se matérialise-t-elle dans l’espace ? Quels dispositifs spatiaux contraignent les corps et les subjectivités animales ? Comment l’espace peut-il être utilisé comme un appareil de pouvoir pour opprimer les individu·es « animalisé·es » ? Quels sont les espaces et les territoires de l’exploitation animale ?

3/ En quoi la géographie antispéciste des sanctuaires élargit-elle les perceptions féministes des notions telles que celles de la vulnérabilité, du care et de la solidarité ? Comment les animaux résistent-iels à travers l’espace ? Quelles sont les échelles de cet empouvoirement ?

4/ Quelles méthodes développer dans les espaces de la domination comme dans ceux de la libération ? Quels outils mènent à une ethnographie multiespèces éthique et politique ? Comment le travail de terrain nous interroge-t-il à la fois sur nos privilèges d’humain·e et de chercheur·se ? En quoi ces terrains nous invitent-ils à opter pour des méthodologies profondément affectives, émotionnelles, voire viscérales ?

5/ Que faire de l’appel des Critical Animal Studies à être autant activistes que chercheur·ses ? Que pouvons-nous raconter de ces vies qui ne sont pas les nôtres et pourquoi le faisons-nous ? Quels sont les risques à « théoriser » une lutte et ses protagonistes ?

Mots-clés : animaux, débat épistémologique, antispécisme, géographie de la domination, géographie de la résistance, réflexivité.”

Clara Voutaz

Membre du laboratoire RAT et doctorante en géographie à l'Université Jean Moulin Lyon 3.

More Posts


Clara Voutaz

Membre du laboratoire RAT et doctorante en géographie à l'Université Jean Moulin Lyon 3.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search