Espaces et chevaux | Journée d’études | 30 mars 2022

Le 30 mars 2022, le laboratoire junior RAT aura le plaisir d’accueillir à l’ENS de Lyon Alexandre Blaineau, Jérémy Clément, Vanina Deneux-Le Barh, Ludovic Orlando et Odile Petit pour une journée d’études dédiée à la thématique “Espaces et chevaux, espaces des chevaux”.

Argumentaire :

Le cheval : la plus noble conquête que l’homme ait jamais faite est celle de ce fier et fougueux animal, qui partage avec lui les fatigues de la guerre et la gloire des combats.

George-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle (naturaliste)

Faîtes du cheval un compagnon et non un esclave, vous verrez quel ami extraordinaire il est.

Nuno Oliviera (écuyer portugais, maître du dressage au XXe siècle)

Ce n’est pas un cheval et vous n’êtes pas dans un manège, c’est un partenaire de danse.

John Lyons (dresseur de chevaux américains)

Ces trois citations d’hommes aux parcours variés et appartenant à différentes époques mettent en relief l’importance des chevaux dans l’histoire des humains et l’immense richesse de leurs relations, à la fois compagnons d’armes, de travail et de sport mais aussi objets d’arts, animaux mythiques ou symboles de liberté. Depuis 3500 ans avant J.-C., les chevaux n’ont pas laissé les humains indifférents : leur taille, leur puissance et leur rapidité laissent à imaginer pourquoi ils ont investi autant d’espaces matériels et idéels au sein de nos sociétés. Dès les premières œuvres d’art, les humains ont relevé le défi de représenter ces animaux perpétuellement en mouvement en essayant de capter leurs caractéristiques propres : leurs allures et postures, mais aussi leurs attitudes et leurs comportements.

Cette fascination transparaît dans l’expérience et les possibles ouverts par le fait de monter à cheval. En effet, cette pratique, devenue également un art, permet non seulement d’avoir un tout autre point de vue sur le monde et de franchir des frontières symboliques et physiques. Ainsi, le cheval se trouve fortement associé à l’idée de conquête : conquête d’un animal puissant, par la domestication et le dressage, mais aussi conquête de nouveaux espaces, par l’exploration, la guerre ou la colonisation. Si chevaucher offre la possibilité de dépasser certaines limites, cela crée aussi de nouvelles barrières au sein même des sociétés humaines. Alors que les chevaux sont très présents dans l’imaginaire collectif, comme en témoignent de nombreuses expressions populaires, la pratique de l’équitation a longtemps été marquée par une dimension sociale et culturelle : l’équitation de guerre, de chasse ou de sport a longtemps été réservées aux nobles, alors que les populations les moins aisées possédaient des chevaux pour tirer charrues et charrettes et les accompagner dans le travail des champs et la vie quotidienne. Si aujourd’hui la pratique de l’équitation semble se démocratiser, la manière de fréquenter les chevaux continue à nous informer sur la répartition et la hiérarchisation des espaces sociaux. Il est également possible de questionner les liens entre les femmes et les chevaux dans une perspective genrée et d’étudier sous un certain angle les rapports de domination à travers le temps : comment expliquer le contraste entre la figure des Amazones, guerrières chevauchant pour leur liberté, et la posture de « l’amazone » réservée aux femmes à partir du XVIe siècle ? Interroger nos représentations et nos pratiques culturelles permet ainsi de mettre en lumière exploitation et expériences partagées entre humain et non-humain.

Côtoyer les chevaux, c’est également entrer en contact avec un autre vivant dans sa corporalité. Le monde des chevaux est fait d’odeurs, de textures et de sons et le contact interspécifique passe par l’ensemble des sens, la vue d’abord, mais aussi, bien plus près, le toucher et la voix. À toutes les échelles, du micro au macro, les chevaux et les humains se façonnent mutuellement et façonnent leur environnement : leurs relations sont marquées par une importante interagentivité. Cette longue histoire commune explique la forte émotion suscitée par les débats actuels autour de l’exploitation des chevaux dans le domaine sportif, comme l’illustrent les polémiques liées aux épreuves de pentathlon moderne aux Jeux Olympiques de Tokyo. La prise en compte croissante de la sensibilité animale et la remise en question de certaines pratiques, comme la consommation de viande chevaline, invite à penser le sort réservé aux chevaux et leur espace dédié dans l’avenir : l’assiette ou les champs de course feront-ils encore partie de notre quotidien et du leur ?

Ainsi, lier les problématiques de l’espace et des chevaux ouvre des perspectives de recherches multiples. Lors de cette journée d’études au croisement de différentes disciplines, il s’agira de mieux comprendre les espaces des chevaux et de tenter saisir leur Umwelt en étudiant leur lieux de vie passés et présents, ainsi que l’impact de l’aménagement humain sur cet environnement. Grâce aux œuvres d’art, aux textes littéraires et historiques, l’espace accordé aux chevaux se déplace vers l’univers des représentations et des imaginaires. Paradoxalement, par leur statut hybride entre réalisme et symbolisme, ces êtres caractérisés par leur mouvement se trouvent parfois figés, tantôt réifiés, comme véhicules ou outils de travail, tantôt érigés en symboles pour accéder à autant d’idéaux de gloire, de liberté et de domination. Mais en questionnant la notion d’agentivité, les chevaux prennent le statut de compagnons, mais aussi d’acteurs à proprement parler, avec qui l’humain doit partager l’espace et peut faire société.

Programme

  • 9h | Accueil et café de bienvenue
  • 9h30 | Clara Voutaz, doctorante en Géographie : Introduction.
  • 9h45 | Ludovic Orlando, directeur de Recherches au CNRS, directeur du Centre d’Anthropobiologie et de Génomique de Toulouse : Une histoire génétique de la plus noble de nos conquêtes.
  • 10h30 | Pause
  • 10h45 | Jérémy Clément, maître de conférence en Histoire ancienne à l’Université Paris Nanterre : Une jeunesse thessalienne : Bucéphale avant Alexandre ou la biographie animale impossible.
  • 11h30 | Alexandre Blaineau, docteur en Histoire grecque, chercheur indépendant : L’espace du centaure, une géographie corporelle des devenirs.
  • 12h15 – 13h15 | Pause repas
  • 13h15 | Odile Petit, directrice de Recherches au CNRS au laboratoire Physiologie de la reproduction et des Comportements : De l’importance des contacts sociaux chez le cheval domestique.
  • 14h | Vanina Deneux – Le Barh, docteure en Sociologie, chercheuse à l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation (IFCE) : Les particularités des métiers anthropoéquins.
  • 14h45 | Pause
  • 15h | Lecture de la nouvelle Le cavalier mort de l’auteur Ednodio Quintero par Jeanne Mousnier-Lompré, étudiante en Lettres modernes.
  • 15h15 | Table ronde 
  • 16h | Clôture 

Joséphine Guichard

Membre du laboratoire RAT. Etudiante en Master de sociologie à l'ENS de Lyon

More Posts


Joséphine Guichard

Membre du laboratoire RAT. Etudiante en Master de sociologie à l'ENS de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search